Retour aux affaires

Aller en bas

Retour aux affaires

Message par Jonas de Pont-Callec le Lun 18 Fév - 21:05

Quoique chef d'état, Jonas de Pont-Callec devait se plier aux us et coutumes du logis du Marquis. Alors que la réunion était prévue dans quelques minutes, la vieille Sylviane lui refusait toujours l'accès à la salle. Elle tenait absolument à faire la poussière des meubles. Il faut dire qu'après six mois sans réunion, il y aurait sans doute de quoi salir quelques plumeaux. Jonas avait bien protesté, Sylviane n'avait rien voulu entendre. Elle l'avait repris de manière virulente en l'appelant par son prénom, comme elle l'avait toujours fait d'ailleurs aussi bien au moment où Jonas était un bambin qu'elle faisait sauter sur ses genoux, qu'au moment où il était chef d’État et époux de la SG de l'ONA.


- Non, Jonas ! Allons ! Ce n'est pas convenable de recevoir Monseigneur et ces Messieurs dans ce nid à poussière. Écoutez-moi donc ! Je sais ce que je fais ! Aaah !

Et Jonas attendait benoîtement dans l'antichambre, espérant ne pas tomber sur le colonel Roblin, qui aurait été furieux de sa dérobade. Se faisant, il songea bien que c'était les femmes qui dominaient le monde, elle faisait semblant de laisser la direction aux hommes, mais elles contrôlaient tout. S.A.R Louis Ier avait-il dû attendre que la gouvernante évacuasse les lieux avant d'aller au cabinet d'aisance ? Il en doutait, c'était sans doute à Véran, que la tyrannie féminine était la plus forte. Sylviane était la vraie maîtresse du logis du Marquis, c'était véritablement la marquise des lieux.

Un bref signal sonore se fit entendre et Jonas fouilla machinalement la poche de son manteau. Avisant l'écran, il lut les nouvelles que lui donnait son épouse. Elle allait bien, quoique nerveuse, mais moins que la première fois. Bientôt, elle donnerait naissance à un garçon, un petit Philippe. Un sourire s'étala sur son visage, c'était bien elle la véritable maîtresse de l'île. D'abord parce qu'elle commandait à l'ONA, une institution dix fois plus puissante que Véran, mais aussi parce qu'elle régnait sur le cœur du Chef de l’État.

La porte s'ouvrit. Sylviane en sortit, non sans se gargariser de la bonne idée qu'elle avait eu de mener son idée jusqu'au bout. Dans la salle, les dossiers, les bouteilles d'eau, les stylos, tout était prêt, même le drapeau vérannais semblait plus reluisant. Alors qu'il prenait place, un bruit de porte dans le bâtiment lui indiqua que des personnes entraient. On allait bientôt pouvoir commencer le Conseil.
[/justify]
Jonas de Pont-Callec
Jonas de Pont-Callec

Messages : 89
Date d'inscription : 22/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour aux affaires

Message par Bernard de Carbalanche le Lun 18 Fév - 21:45

Bernard s'était rendu au Conseil. A bientôt 58 ans, il n'aurait pas raté cette grand'messe de la communauté véranaise. Il se positionna à la table du Conseil. Sa qualité de Sénéchal lui fit prendre place à la gauche du chef de l'Etat, la droite étant réservée à Monseigneur Lalande.
Bernard de Carbalanche
Bernard de Carbalanche
Admin

Messages : 37
Date d'inscription : 23/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour aux affaires

Message par Jonas de Pont-Callec le Mar 19 Fév - 2:04

Jonas de Pont-Callec s'installa à sa place sur le fauteuil XIXème siècle gravé à son nom. Les grandes familles de la notabilité véranaise, comme à l'église de Véran d'ailleurs, avaient un siège selon cette coutume. Bernard de Carbalanche s'assit sur le sien, placé à gauche du chef de l’État, et Wulfran s'installa en face. Trois autres fauteuils portaient des noms: Chabot, Blanche et Marcq. Hélas, ces familles étaient éteintes. Le siège Chabot était dans le hall de l'Hôtel des Détroits, le Marcq était au musée de l'île et Jonas était presque sûr d'avoir vu le Blanche au Yacht Club de Véran.

En quelques minutes, tout le monde prit place. On attendit un peu Coxan, et la réunion commença.

- Monseigneur, messieurs, ravi de vous retrouver. Avant de commencer, je vous laisse la parole Monseigneur.

L'abbé se leva et commença.


- Confions cette réunion à la Zainte-Trinité. Mes Dieux, vous nous avez choisi pour travailler au bien de notre communauté. Vous nous avez appelés pour servir dans la charité nos frères et nos sœurs. Ouvrez nos yeux aux besoins et aux aspirations des plus petits. Chassez de nous l'orgueil et les désirs désordonnés pour que, cette mission, nous puissions la vivre dans l'humilité du bon et fidèle serviteur.
Ainsi soit-il.

Ainsi soit-il répéta l'assistance.

- Merci Monseigneur. Bien, commençons. Nous sommes ici pour faire le bilan de l'année écoulée. Avant d'aborder le cas de l'I.U.D, abordons les affaires de moindre importance.

La construction de la piscine est quasiment achevée. Cette infrastructure manquait à l'île, les Vérannais en était privé, et c'était un manque préjudiciable d'un point de vue touristique. Elle sera ouverte toute l'année à de larges horaires et comportera un bassin de natation de vingt cinq mètres, d'un bassin ludique et d'un bassin d'apprentissage. Nous avons également clôt le recrutement du personnel. Nous avons quatre personnes dont deux à temps partiel. L'idée est que nous ayons toujours deux personnes sur le site : une personne à l'accueil et un maître nageur à la surveillance. C'est Mademoiselle Jeanne Richard qui va être nommée directrice, oui, la fille de son père, Monsieur Richard, non pas le gérant du food-truck. Oui, l'employé du loueur du vélo, place du marché. Pardon ? C'est Berthier au food-truck ? Non, tu confonds avec Berthier, l'épicier de Port-aux-Moines ! Comment ça ! Ah, je suis sûr de moi, c'est le petit neveu de Sylviane. Enfin, bref, qu'importe, reprenons, M. Créon, j'aimerais que vous présidiez son inauguration jeudi prochain en huit.

Pour le reste, nous travaillons avec Monsieur de Wulfran, juriste de formation, à la rédaction d'un décret interdisant l'achat de propriétés par des acheteurs étrangers. Je décèle cette tendance. Monsieur de Carbalanche a bloqué le rachat du Yacht Club et L'Hôtel des Détroits est la proie d'un acheteur krasslandais, et à terme, la pression fiscale peut devenir difficile pour nos gens.

Enfin le point le plus important : l'I.U.D. permettez moi de faire un bref exposé de notre projet initial. Nos ambitions : former les élites dirigeantes de demain, mettre fin à la fuite des cerveaux, permettre le rayonnement culturel et scientifique, et hisser Véran au rang de pôle universitaire et intellectuel majeur du Sud-Micromonde. Et enfin, faire rayonner la foi, puisque nous sommes tous convaincus ici que la raison et la foi sont les moyens de notre liberté.
Notre ambassadeur a déjà obtenu un accord de principe du Bienheureux-Siège pour l'érection canonique de l'I.U.D. en Université patriarcale, établissant officiellement un lien avec l'Eglize universelle. (se tournant vers Mgr Lallande) Ainsi, Monseigneur, nous serons heureux de vous compter comme premier Chancelier de l'I.U.D., qui bénéficiera d'une aumônerie et d'un statut officiel dans l'Eglize.
Nous avons déjà fondé l'association de gestion de l'I.U.D. donnera sa personnalité juridique à l'établissement, où seront présent de droit le Chef de l'Etat, le Vicaire Apoztolique et plus tard j'espère le Président de l'UFS. Je signerai le décret dès demain.

Nos premiers édifices sont construits. Nous avons déjà le bâtiment A, qui forme la première aile de grand U que sera l'I.U.D. En son sein, nous avons le hall d'accueil, les bureaux administratifs et quelques salles de cours et un amphithéâtre au nom d'Alabry. Ainsi, le pôle de science humaine  est fonctionnel et accueille déjà une centaine d'étudiants en histoire, sciences-po et géographie. Un tiers d'entre eux sont Vérannais. Enfin, les bâtiments préexistants ont été dévolus au foyer des garçons et des filles, et leur rénovation est achevée. Et puis, j'allais oublier, Mgr nous a fait la joie de consacrer officiellement la semaine dernière la chapelle Zaint-Thomas, dévolue au messes étudiantes. Comme vous le voyez, le projet avance, nous en sommes à un très gros tiers. A ce propos,  nous pouvons remercier notre généreux donateur anonyme qui a injecté cinq millions de livres dans le projet, à ne pas en douter, c'est un Klausburg, d'autant que l'un de leur rejeton vient de s'inscrire chez nous.

Se tournant à sa gauche, il dit :
Monsieur de Carbalanche, je vous laisse prendre la parole pour que vous puissiez évoquer la suite du projet. Je crois également que le conseil veut en savoir plus sur cette question de l'éco quartier.
Jonas de Pont-Callec
Jonas de Pont-Callec

Messages : 89
Date d'inscription : 22/06/2017

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Retour aux affaires

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum